De Nice à ... Le Quesnoy, le calice de Napoléon III a effectué 1200 kilomètres !

L’événement est historique : ce 12 juin, le calice offert par Napoléon III à la cité du Chêne a réintégré son église

C’est en l’hôtel de ville que s’est vécue cette réception mettant à l’honneur l’objet de culte en argent, de style néo-gothique, aux feuilles généreuses, portant le poinçon de son artisan orfèvre parisien, Placide Poussielgue-Rousand (PPR), le dessin en revenant à l’architecte ciseleur Victor Gay. Sa date : 20 décembre 1858. Mais derrière le calice, il faut dérouler le fil de sa petite histoire qui le fait entrer de plain-pied dans la … grande.

Offert par Napoléon III (1808-1873) -c’est le temps des donations, on peut y voir l’aspect réparation morale, mais tout autant l’importance reconnue par l’empereur de la communauté catholique- pour l’église Notre Dame de l’Assomption*, il disparaît de la propriété communale sans qu’on en connaisse les raisons : accaparement de particuliers, guerres mondiales ? Voilà qu’il est retrouvé, en 2020, dans une salle des ventes, à Nice (Alpes Maritimes), grâce au repérage de Gaël Favier, conservateur du musée diocésain de Carcassonne et Narbonne (Aude). Maire de Le Quesnoy, Marie-Sophie Lesne est aussitôt contactée, heureuse de pouvoir faire rentrer ce don dans le patrimoine local, dans le respect de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. D’une valeur estimée entre 4000 et 5000€, le précieux calice a été ramené dans la "Ville forte" par Bernard Berthod, conservateur du musée de Fourvière, à Lyon (Rhône). Avec Caroline Biencourt, conservatrice du musée diocésain de Cambrai, présente à l’événement, la boucle était donc bouclée ce samedi ensoleillé de juin.

Gaël Favier, dans un petit exposé, a fait mémoire de PPR, qui a laissé sa trace artisanale à Notre Dame de Paris (maître-autel, chandelier pascal, lutrin, reliquaires  …), Victor Gay ayant laissé pour sa part un remarquable « Glossaire archéologique du Moyen-Age et de la Renaissance » (1882, 2 volumes). Prêtre associé au service des paroisses du doyenné, citoyen quercitain, Georges Louvradoux a rappelé la signification du calice : "le don de Jésus en personne, la bonne volonté des chrétiens qui s’unissent à ce sacrifice, son contenu grand comme le monde !". Un voeu ? La célébration d’une prochaine messe, en utilisant le calice retrouvé, par le père Adam Dobek, doyen du Pays de Mormal qu’il quitte en août prochain.

Ph. C

* Place du Général Leclerc, l'église (reconstruite de 179​8 à 1828) va faire l'objet d'un chantier de restauration dans les mois qui viennent. Ce jour, elle a été visitée par les trois conservateurs qui se sont ensuite rendus dans la chapelle de l'EHPAD Résidence Vauban (Le Quesnoy) et dans les églises d'Orsinval (Saint Nicolas) et Frasnoy (Saint Clément).

 

Photos ci-dessous :

Mme Marie-Sophie Leste, maire de Le Quesnoy, et M. Gaël Favier, conservateur du musée diocésain de Carcassonne et Narbonne, et le calice

Article publié par Service com • Publié le Lundi 14 juin 2021 • 664 visites

keyboard_arrow_up