"Le Sauveur" de Lucien Jonas à l'honneur

Une centaine de personnes ont répondu positivement à l'appel de Caroline Biencourt et du Père Jean-Marie Launay pour la mise en place du monument aux morts et notamment du tableau "le Sauveur" en l'église St Géry ce samedi 08 décembre.

Vidéos des interventions, cliquer ici.

Le Père Launay nous accueille au nom de la communauté paroissiale. Il explique le choix du lieu et de la date. Depuis la fermeture de la basilique Notre Dame du St Cordon, l'église St Géry est devenue le sanctuaire de Notre-Dame du St Cordon. Placer le tableau de Lucien Jonas intitulé "le Sauveur" à côté des fonds baptismaux et du Christ était tout un symbole ! Quant à la date du 8 décembre, on ne pouvait trouver mieux. La fête de l'Immaculée Conception marque la clôture de l'année jubilaire (1008-2018) dédiée à Notre-Dame du Saint-Cordon, et en cette fin des commémorations pour le centenaire de la première guerre mondiale, elle est plus particulièrement dédiée à Marie Reine de la Paix.

Trois raisons en effet de placer cette inauguration sous le signe de l' espérance, à un moment où notre pays est en crise de sens, en recherche de repères, le Père Jean-Marie nous demande que nous prenions l'engagement devant ce monument d'oeuvrer avec la Vierge Marie pour la Paix

 

tableau Lucien Jonas 31 tableau Lucien Jonas 31    tableau Lucien Jonas 23 tableau Lucien Jonas 23    tableau Lucien Jonas 25 tableau Lucien Jonas 25  

La parole est donnée ensuite à Mgr Dollmann qui se réjouit de se retrouver à St Géry en présence des descendants de Lucien Jonas. Ce tableau offert par ce peintre est magnifique et le verset de la Bible Epîtres aux Heb 4,15 -Il compatit à toutes nos infirmités pour nous ressembler il les toutes éprouvées sauf le péché -qui le complète redit "tout le lien d'amour qui a permis de briser tous les verrous des guerres, des oppositions, de la haine".

Le soldat peut être à l'image du Christ mais aussi de chacun de nous. Nous sommes appelés à faire cette expérience d'avoir l'audace de l'Amour, de la Charité. Notre archevêque nous explique aussi qu'il est touché par ce tableau pour deux raisons : il lui rappelle les monuments aux morts en Alsace où les soldats n'ont pas d'uniforme à cause du contexte historique de l' Alsace-Lorraine, et il lui rappelle aussi l'engagement de Joseph Engling jeune séminariste allemand mort sur notre territoire il y a 100 ans et qui a donné sa vie pour la Réconciliation !

C'est ensuite à Mr Delcourt puis Caroline Biencourt, archiviste, de prendre la parole. Pour l'un comme pour l'autre, la renaissance de ce tableau est un encouragement pour tous pour sauvegarder et restaurer notre patrimoine. Cette dernière remercie tous ceux qui l'ont aidée dans cette belle aventure qui se termine magnifiquement puisque, après sa restauration, le tableau de Julien Jonas a reçu le prix du Pélerin "du plus grand musée de France".

Ce tableau est un support catéchétique pour grands et petits et une fois les discours terminés, Caroline décrit ce qu'elle perçoit dans ce tableau. " C'est un tableau de 1920, Lucien ressasse son expérience de guerre. On y voit un soldat tête dans la boue, un corps à corps, un poignard, du sang...La figure du poilu n'est pas victorieux, on a signé un armistice, on n'a pas gagné la guerre ! Dans son tableau il y met toutes les populations de l'époque. On peut y voir le magistrat, les hommes d'Eglise, les mères et leurs enfants, les ouvriers, les mineurs... Ce soldat qui se tient là debout, les bras en croix a évidemment des allures de Christ. La lumière qui émane de sa tête promet à la fois reconstruction mais fait aussi penser à la lumière divine. "

Un pot de l'amitié a ensuite été servi juste avant d'aller écouter le concert donné par l'ensemble Exultate Deo (pour voir la vidéo, cliquer ici).

Merci à celles et ceux qui se sont investis dans ce projet : l'espace trouvé pour placer le tableau est idéal pour le recueillement et la prière, l'admiration d'une oeuvre, le souvenir de ceux qui ont péri lors du conflit 1914-1918. C'est un tout qui se doit d'être visité !

Article publié par Dorothée QUENNESSON • Publié le Dimanche 09 décembre 2018 • 408 visites

keyboard_arrow_up